L’efficacité et les résultats de l’hypnose

Efficacité de l'hypnose

L’hypnose intrigue. Elle est parfois victime d’a priori de la part de ceux qui manquent de connaissance et d’information sur le sujet. Cela peut décourager certaines personnes à y recourir et passer à côté d’une solution efficace pour résoudre leurs problématiques.

Qu’en est-il vraiment ?

L’hypnose consiste à faire entrer le patient dans un état de conscience modifié, proche de la rêverie, pendant lequel le patient est incité à focaliser toute son attention sur quelque chose de bien défini, d’accéder à un état d’hyper concentration et d’entrer directement en communication avec son inconscient.

Même si l’hypnose était par le passé entourée d’une auréole de mythes et de légendes, ses effets thérapeutiques sont aujourd’hui démontrés. Beaucoup de personnes recouvrent leur santé grâce à cette technique à laquelle de nombreux psychothérapeutes ont recours.

L’hypnose : Une thérapie prouvée scientifiquement

Dans le rapport de l’INSERM (l’Institut national de la santé et de la recherche médicale) remis en 2015 qui avait été conduit sur la requête de la Direction Générale de la santé, il ressort que l’hypnose médicale démontre des bienfaits dans certaines situations.

Bien qu’exploitée depuis le 18e siècle, l’hypnose médicale ne fût jamais expertisée scientifiquement. Et si les spécialistes de l’INSERM, sous l’autorité de Bruno Falissard, se sont intéressés de près à l’hypnose, ce n’est pas pour en déchiffrer les mécanismes, mais pour se prononcer sur son efficacité. Leurs travaux se sont basés sur l’analyse de plus de cinquante essais cliniques publiés entre janvier 2000 et juin 2015, tous réalisés sur une centaine de malades environ.

Le verdict fut sans appel : l’hypnose médicale a beaucoup de bienfaits dans différentes situations. Par exemple, au bloc opératoire : pendant une anesthésie locale lors d’une biopsie mammaire ou de la pose d’un cathéter veineux, l’hypnose médicale permet de diminuer la consommation d’antidouleurs et d’analgésiques. Par ailleurs, l’hypnose est efficace pour apaiser les symptômes des troubles digestifs causés par la colopathie fonctionnelle. Ces troubles, qui se manifestent par des maux d’estomac, des sensations de ballonnement et des périodes de diarrhées et de constipation, détériorent fortement la qualité de vie des sujets. Le rapport de l’Inserm1 révèle que l’hypnose est une solution thérapeutique pour apaiser les symptômes.

 

Dans ce sens, la Dr Gueguen2 a affirmé que les symptômes digestifs pouvaient être neutralisés de manière significative quand le sujet se soumettait à des séances régulières d’hypnose, associées à des exercices de décontraction et de détente. Les essais semblent révéler que les effets bienfaiteurs se font sentir dès la cinquième séance d’hypnose.

L’hypnose pourrait être également une solution naturelle pour soigner les insomnies et les divers troubles du sommeil, conduisant à une réduction de la consommation de somnifères. D’ailleurs, le Centre du Sommeil3 avance que si l’hypnose est particulièrement conseillée dans le cas de troubles du sommeil causés par le stress, ou pour reprogrammer les cycles de sommeil qui auraient été modifiés, elle peut aussi aider à perfectionner le sommeil en réduisant les sensations douloureuses ou les bruits dérangeants, par un travail sur une défocalisation ou sur une isolation sensorielle.

Il est à signaler aussi qu’on peut recourir à une séance d’hypnose pour mener à bien un sevrage des somnifères hypnotiques, bien évidemment en concertation avec le médecin traitant.

Enfin, pour le psychologue Antoine Bioy, qui l’exerce dans le cadre de son travail, l’hypnose pourrait venir en aide aux patients qui souffrent de phobie ou de dépression. Certaines séances brèves, bien menées, vont aider à apporter des modifications aux éléments simples tels que la douleur aiguë ou les vomissements. Les prises de médicaments peuvent donc être réduites voire supprimées.

Dans d’autres situations, comme pour le sevrage tabagique, l’association française pour l’étude d’hypnose affirme que 72% des personnes arrêtent de fumer au bout d’un mois. Une étude américaine datant de 2014 (lien ici) a démontré que des séances d’hypnose seraient plus bénéfiques que des substituts nicotiniques pour soigner l’addiction à la cigarette.

 

Sources / références :

Le rapport l’Inserm sur l’efficacité de l’hypnose en ligne ici :

https://www.inserm.fr/sites/default/files/2017-11/Inserm_RapportThematique_EvaluationEfficaciteHypnose_2015.pdf

2- Juliette Gueguen, médecin de Santé publique et chercheuse au Centre de recherche en épidémiologie et santé des populations de l’Inserm

3- L’hypnose pour traiter les troubles du sommeil », Centre du sommeil (Cenas) accessible en ligne sur : https://www.cenas.ch/blog-du-sommeil/hypnose-traiter-troubles-sommeil/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *